Journées d’étude et assemblée générale de l’Association des facultés et établissements de lettres et sciences humaines


Université du Québec à Montréal

Du 6 au 9 novembre 2019

Thématique :
L’insertion professionnelle des doctorants en lettres et sciences humaines

Dans la foulée de la rencontre tenue à Beyrouth par l’AFELSH en novembre 2018, nous nous proposons de poursuivre la réflexion sur les défis de l’insertion professionnelle des doctorants en lettres et sciences humaines.

Les programmes de 3e cycle ont de manière générale connu un grand essor au cours des dernières décennies, le plus souvent en raison de politiques gouvernementales concertées. Ces incitatifs ont poussé les universités à chercher l’augmentation de leurs effectifs dans les programmes existants, mais aussi à développer les formations doctorales dans des établissements ou des champs disciplinaires où elles étaient historiquement moins présentes. Pourtant, il n’a pas toujours été évident que ces formations répondaient à des besoins directs de la société : depuis les années soixante-dix, on a souvent fait le constat que les formations doctorales étaient loin de conduire automatiquement à des emplois stables en rapport avec l’expertise des diplômés. Dans le cas des lettres et sciences humaines, ce problème a souvent été exacerbé : dans plusieurs disciplines, la carrière de professeur d’université était même souvent envisagée comme le seul débouché logique ou désirable de la formation doctorale. Or, l’expansion du corps professoral et les besoins de recrutement des universités à cet égard n’ont que très rarement été en phase avec l’augmentation du nombre de diplômés.

L’acuité de ce problème a pu varier en fonction des époques et des contextes socioéconomiques, mais il s’impose comme une constante, et se superpose à une mise en question plus globale de la pertinence des formations humanistes dans le contexte du XXIe siècle. Une telle situation invite à une réflexion selon plusieurs axes : dans un premier temps, il paraît utile de s’interroger sur les finalités des formations doctorales, ainsi que sur les débouchés professionnels à partir desquels elles devraient être pensées.

Mais dans un deuxième temps, on peut réfléchir sur la refonte possible des cursus et des attentes : si la préparation à la carrière professorale n’est plus l’objectif unique ou privilégié de la formation doctorale, ne conviendrait-il pas de revoir les modalités de celle-ci, et peut-être de proposer de nouveaux types de doctorat mieux adaptés aux besoins de nos sociétés et de notre époque ?

Notre rencontre sera donc l’occasion de présenter des diagnostics de cette situation aussi bien que de réfléchir à des pistes de solution.

Programme provisoire

Mercredi le 6 novembre 2019

13h30 : Accueil des participants

14h Allocutions d’accueil par M. Louis Gerrekens, Président de l’AFELSH et par Mme Magda Fusaro, rectrice de l’UQAM

14h15 Conférence inaugurale de Mme Louise Poissant, directrice du Fonds de recherche québécois Société et culture (FRQSC)

15h30 Première séance du colloque

17h Cocktail

Jeudi le 7 novembre 2019

9h Conférence de M. Paul Yachnin (McGill University)

10h Deuxième séance du colloque

13h30 Conférence de M. Jean-Claude Coallier (Université de Sherbrooke)

15h Troisième séance du colloque

19h Dîner

Vendredi le 8 novembre 2019

9h Séminaire-débat 

14h Assemblée générale et élections

16h Réunion statutaire du nouveau comité exécutif

Samedi le 9 novembre 2019

Excursion touristique facultative

Dimanche le 10 novembre 2019

Départ des participants

Échéances :

15 juillet 2019 : Remise des propositions de communications

31 août 2019 : Réponse du comité scientifique

Comité scientifique provisoire :

Christine Assaf
Vincent Bouchard-Valentine
Annie Gérin
Louis Gerrekens
Dominique Marquis
Jean-Christian Pleau

Comité organisateur :

Annie Gérin
Louis Gerrekens
Jean-Christian Pleau

pastedGraphic_3.png

Ce contenu a été publié dans Annonces, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.